ADOPTEZ LA CFTC !

UN SYNDICAT + UN RESEAU SOCIAL : CHOISISSEZ LA CFTC !

Plein de témoignages adhérents ici !

Rejoignez l'expertise et le dynamisme de l'équipe CFTC dans le plus grand réseau social HPI/HPE/DXC/SW (600 collègues = diversité, entre-aide et solidarité assurés) et bénéficiez de services supplémentaires pour seulement 5 euros net par mois. Il n'existe pas de meilleur investissement !

Consultez Pourquoi adhérer-Avantages adhérents-Témoignages

HPE Next Securities Analyst Meeting : update HPE Next, Finances…

Elections Entco 1ère réunion de la DUP

Actualité DXC-ESF Flash Fil Rouge GPEC Out du 18 octobre. Prévolontariat

NAO HPE 2018 Au moins une bonne nouvelle !

FPR FY17 et Objectifs FY18 Flash Pratique HPE : les conseils CFTC

France-Canada contre la souffrance La CFTC HPE vous invite le 16 novembre !

HPE PSE GPEC Out L’espace référence pour les volontaires acceptés

HPE Politique voiture Vos questions, les réponses !

Congés Ceux à prendre avant fin octobre, en fin d’année, jour de pont 2018…

Pour vous abonner aux communications pratiques réservées aux employés HPE, ESF, Entco ou HP, une simple demande à cftchp@hpe.com suffit.

mardi 20 mars 2007

Journée Internationale de la Francophonie


C'était le 20 mars,

5 commentaires à lire:

Anonyme a dit…

Oui c'est bien gentil de feter la francophonie et la belle langue francaise mais les debuts de l'europe economique datent de 1957 et le niveau d'anglais au niveau bac sont encore lamentables, je ne vous parle pas de quand je l'ai passé dans les annees 70!
L'europe et la mondialisation ne se feront en Francais...

CFTC HP a dit…

ce n'est pas vraiment une fête...

Dans un « point de vue » publié dans Le Monde du 20 mars, le linguiste Claude HAGÈGE, professeur honoraire au Collège de France, rompt une fois de plus avec la tradition frileuse de nombre d’universitaires, et affirme clairement que « institutions et entreprise américaines (...) visent l'éviction pure et simple du français dans les pays mêmes où il est répandu, par exemple en Afrique subsaharienne. Il s'agit, ici, d'une véritable guerre »

CFTC HP a dit…

HALTE AU PSEUDO-ANGLAIS DANS LES ENTREPRISES !

par Claude HAGÈGE,
professeur honoraire au Collège de France

La presse a fait écho aux actions dénonçant l'habitude, prise par nombre d'entreprises françaises, d'imposer l'anglais à tous les échelons, alors même que, en dehors d'anglophones de passage, on n'y trouve personne qui ait de l'anglais une connaissance autre que superficielle. Faut-il s'en étonner ? L'anglais n'est pas la langue facile que l'on croit, en se laissant abuser par l'impression d'une acquisition rapide.

C'est, au contraire, une langue assez difficile, non seulement par sa phonétique, mais aussi par la structure des phrases. Une petite expérience suffit pour s'en convaincre. Elle consiste à relever, dans des journaux britanniques ou américains, tel ou tel article, contenant, comme c'est le cas le plus souvent, beaucoup de constructions verbales et formules idiomatiques transparentes pour les locuteurs de naissance. On constate que la plupart de ces textes sont en partie opaques à des étrangers, pourtant bons connaisseurs de l'anglais, ou considérés comme tels.

Il est donc contre-productif d'imposer l'anglais à tout le personnel dans les entreprises françaises. Les syndicats qui récusent cette pratique insistent sur le sentiment d'insécurité, et parfois les troubles psychologiques que cause chez les plus fragiles la pression d'une langue non choisie. Peut-on, dès lors, expliquer une telle politique linguistique par la recherche opiniâtre de l'efficacité à un autre niveau, c'est-à-dire dans la concurrence sauvage entre les entreprises pour la conquête des marchés mondiaux ?

La réponse est claire : jusqu'à présent, personne n'a jamais apporté la moindre preuve d'un accroissement des performances commerciales qui serait la conséquence directe de l'usage de l'anglais, même si l'on peut admettre que les produits soient vendus en anglais, hors de France, aux clientèles anglophones. Personne n'a jamais démontré non plus que le français n'ait pas toutes les ressources nécessaires pour exprimer le monde contemporain.

Les puissants coups de boutoir pour abattre le français apportent un précieux renfort à une autre action, conduite par des institutions et entreprises américaines. On pourrait croire que ces dernières se contentent de l'état de déséquilibre des langues qu'a créé à leur bénéfice, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l'entrée de plus en plus massive de produits américains, notamment culturels, sur les marchés européens comme sur les autres. Mais cela ne suffit pas. Les groupes en question visent l'éviction pure et simple du français. C'est ainsi qu'ils commandent à leurs experts des études précises du prix que leur coûterait l'effort aboutissant à supplanter, au profit de l'anglais, le français dans les pays mêmes où il est répandu, par exemple en d'Afrique subsaharienne.

Il s'agit, ici, d'une véritable guerre. Certains rappelleront la grave défaite subie par la France dès... 1763, quand le traité de Paris la délogea des immenses territoires où elle était présente depuis plus d'un siècle, et qui étaient donc perdus pour le français. D'autres vitupéreront les délicatesses du marquis de La Fayette, déclinant avec une insouciante élégance le cadeau que Washington aurait proposé, dit-on, en reconnaissance du concours apporté par la France à la lutte pour l'indépendance américaine : adopter le français comme langue des tout jeunes Etats-Unis.

Il est vain, aujourd'hui, de raviver les regrets atterrés que peuvent susciter tant d'immenses gâchis, en rêvant de ce que serait le monde si le français dominait en Amérique du Nord, au lieu d'être parlé dans un seul bastion, le Québec, de 7 millions de locuteurs immergés dans un océan de 260 millions d'anglophones.

Du moins peut-on se demander pourquoi les candidats à la plus haute fonction de l'Etat n'inscriraient pas dans leur programme la promotion de la diversité des cultures, et donc celle de la culture française à travers sa langue. Car le français, avec plus de cinquante pays adhérant à l'Organisation internationale de la francophonie, est à la base, aujourd'hui, du seul autre projet existant face à l'énorme défi de l'uniformité.

Claude HAGÈGE
professeur honoraire au Collège de France

Anonyme a dit…

C'est a cause de "professeur" comme celui-la et autres deputés a qui on traduit en direct les reunions de brussels que nous avons galeré et que nos enfants vont faire de-meme. La fayette, le traité de 1763,... Il faut peut-etre revenir a la reallité. Le "notamment culturels" alors que quelqu'un qui sait de quoi il parle ferait reference au language de programmation, de doc technique, de livre de reference, de tour de control et j'en passe. Et en plus c'est nous qu'on le paye ce professeur!

22058 a dit…

Il ne s'agit pas de refuser la langue dominante du moment en attendant peut-etre le Chinois ou l'Espagnol un jour. Il s'agit juste de ne pas se saborder. Personnelement j'emploie l'Anglais tous les jours dans mon travail et c'est normal, par contre voir les pubs à la télé ou on ne prend plus la peine de parler le langage du pays, je trouve ça déplorable. OK on peut tous parler Anglais, voir les mêmes films et manger du hamburger, pourquoi pas. Ce n'est pas ce que je veux. Quand je vais en Allemagne ou en Italie j'apprécie que ce ne soit pas comme chez moi et je fais l'effort d'apprendre des basiques de langage.
Voyez au Canada par exemple ou il y a 2 langues officielles, les Anglophones sont rares à faire l'effort d'apprendre leur deuxième langue officielle, contrairement aux Francophones. En Suisse au contraire, ils sont nombreux à posséder plusieurs de leurs langues officielles.
De part le monde et sans parti pris quelconque les Anglophones veulent laplupart du temps que les autres s'adaptent a leur langage et mode de vie, ce que je conteste. Donc oui pour l'anglais d'affaire c'est indispensable en ce moment et pratique, mais stop à tout le reste. J'ai plein de potes Anglais!

Enregistrer un commentaire