ADOPTEZ LA CFTC !

UN SYNDICAT + UN RESEAU SOCIAL : CHOISISSEZ LA CFTC !

Plein de témoignages adhérents ici !

Rejoignez l'expertise et le dynamisme de l'équipe CFTC dans le plus grand réseau social HPI/HPE/DXC/SW (plus de 500 collègues = diversité, entre-aide et solidarité assurés) et bénéficiez de services supplémentaires pour seulement 5 euros net par mois. Il n'existe pas de meilleur investissement !

Consultez Pourquoi adhérer-Avantages adhérents-Témoignages

Forum France-Canada sur l’aide aux salariés Un formidable succès !

DXC-ESF GPEC out + Sur-complémentaire santé. DiXiT XV !

HPE Next Bonus FY17 ? Bonus H1 2018 ? -> Immanquables #12 et # 13 !

Le coin des Entco Au service des salariés Micro Focus

Epargne Salariale HPE FY18 Plan B pour les retardataires

Mutuelle Santé HPE 2018 Toutes les infos

NAO HPE 2018 Quelques bonnes nouvelles

Objectifs FY18 Les conseils CFTC

HPE PSE GPEC Out Le coin des acceptés

HPE Politique voiture Vos questions, les réponses !

Congés HPE Ceux à prendre en fin d’année + jour de pont 2018

Pour vous abonner aux communications pratiques réservées aux employés HPE, ESF, Entco ou HP, une simple demande à cftchp@hpe.com suffit.

mardi 4 octobre 2005

Manifestation du 4 octobre : le bilan


















800 salariés HP dont 300 à Grenoble et 300 en Ile de France ont passé outre les obstacles pratiques, politiques, philosophiques et météorologiques pour manifester en tête de cortège le 4 octobre, poussés par des dizaines de milliers de manifestants. Une présence visible, sonore, imaginative et dynamique qui permet de relancer le dossier HP en France, en Europe et même aux US. Merci !!!















35 commentaires à lire:

CFTC HP a dit…

Reportage
A Grenoble, les salariés de Hewlett-Packard ne veulent pas être traités comme des "consommables"
LEMONDE.FR | 04.10.05 | 13h03 •

Plus de 12 000 personnes, selon la police, ont manifesté mardi 4 octobre dans la matinée dans les rues de Grenoble, secteurs public et privé mélangés, réclamant "plus d'emplois, plus de services publics, plus de salaires . Parmi elles, plus d'une centaine de salariés du groupe Hewlett Packard qui, pour la plupart, défilaient pour la première fois dans la rue.
"C'est un pas difficile à franchir", commentait Odile, informaticienne. Même syndiquée depuis deux ans à la CFTC, elle a dû surmonter sa réticence naturelle à descendre dans la rue. Son envie d'exprimer sa désillusion a toutefois été la plus forte : "Pour moi, HP, c'était un symbole. Etudiante, mon rêve, c'était de travailler à HP. Quand j'y suis entrée, il y a huit ans, c'était encore une société qui avait le respect des gens. Aujourd'hui, on considère les salariés comme des coûts qu'il faut réduire à tout prix."

La direction de Hewlett-Packard a annoncé 1 240 suppressions de postes en France. Selon les syndicats, elle pourrait réduire ce chiffre, après négociations, de 250 unités. " Nous sommes devenus consommables", dénonce Philippe, responsable des ventes. Venu à Grenoble il y a dix ans, il avait choisi HP parce que, dit-il, "c'était une société qui véhiculait des valeurs dans lesquelles je me reconnaissais".

Père de famille, il avait jusque-là le sentiment d'être protégé. Aujourd'hui il craint que le plan annoncé de suppressions d'emplois ne soit suivi d'autres, jusqu'à ce que le site grenoblois disparaisse totalement, "uniquement par logique financière et boursière", accuse-t-il.

"En Allemagne, en Angleterre, les plans arrivent déjà. Les collègues de ces pays nous disent qu'ils comptent sur nous parce qu'on est les seuls à pouvoir se battre, à pouvoir médiatiser", renchérit Yves, dix ans d'ancienneté chez HP.

Mardi matin, les salariés du fabricant de semiconducteurs ST Microelectronics étaient également présents dans la manifestation. Ils se disent "sans illusions" : "La direction a fait machine arrière et annoncé moins de suppression d'emplois que prévu, mais elle n'a pas pour autant renoncé à la délocalisation", souligne un élu CGT au CE et CCE.

Sur le site ST Microelectronics de Crolles, 106 suppressions de postes sont prévues. Au total, le groupe a prévu de supprimer 1 000 postes en France et en Italie, sur les 3 000 suppressions prévues dans le monde, hors Asie, d'ici à la mi-2006. En France, le site de Rousset (Bouches-du-Rhône) doit être le plus touché avec 638 suppressions sur un effectif total de 2 400.

CFTC HP a dit…

Reuters Paris :

"Rassemblés en début de cortège, les salariés de Hewlett-Packard ont dénoncé le plan social décidé dans leur entreprise par des slogans comme "la Bourse m'a 'tuer'".

"J'ai 50 ans et je vais être licenciée", avait écrit sur sa pancarte une salariée du groupe informatique, Rose-Marie Renard, venue protester "contre un plan qui n'a pas lieu d'être, qui n'est fait que pour faire monter le cours de l'action".

A ses côtés, un responsable syndical de HP aux Etats-Unis, venu spécialement pour l'occasion, tendait des drapeaux français et américain cousus ensemble."

CFTC HP a dit…

AFP Paris

"Juste derrière le carré de tête, les salariés d'Hewlett-Packard, où 1.240 suppressions d'emplois ont été annoncées en France, brandissent des pancartes proclamant "HP m'a tuer", "1.240 inacceptable" ou encore "HP: honneur perdu".

CFTC HP a dit…

Grenoble: entre 13.000 et 50.000 manifestants

GRENOBLE (AP) -- Plus de 50.000 personnes selon les organisateurs, entre 13 et 15.000, selon la police, ont défilé mardi matin dans le centre-ville de Grenoble dans le cadre de la journée nationale de mobilisation interprofessionnelle contre la politique du gouvernement.
Le cortège, initialement prévu entre la gare et la préfecture, a modifié son parcours, effectuant des zig-zag en centre-ville afin de permettre à tous les manifestants de défiler, a-t-on pu constater sur place.
Sur la banderole en tête de manifestation, on pouvait notamment lire: "Ensemble, gagnons le plein emploi, Augmentation des salaires pour tous". Au premier rang du cortège, les salariés de Hewlett-Packard étaient nombreux, portant notamment une banderole avec un slogan ironique: "HP recherche informaticien parlant chinois indien ou roumain". Le groupe informatique pourrait licencier jusqu'à 1.240 emplois en France, dont 500 à 600 à Grenoble.
Deux autres manifestations étaient prévues ce mardi dans l'Isère: à La-Tour-du-Pin et à Vienne. Dans cette dernière ville, les 160 employés du laboratoire Kodak, licenciés par le groupe américain à la suite de la baisse d'activité dans le secteur de la photo argentique, devaient ouvrir le cortège. "

CFTC HP a dit…

"Interrogée sur la situation à Hewlett Packard, la présidente du MEDEF a évoqué un « lien de cause à effet entre le fait que HP ait un accord 35 heures privilégié, avec 205 jours de travail par an alors que la norme est de 217 jours ». Elle a également jugé « dommage qu’en France le libéralisme soit désigné comme le responsable de tous les maux, alors que nulle part le libéralisme ne joue à plein. A la SNCM ou chez HP nous avons des solutions peu claires, avec un peu d'étatisme et un peu de libéralisme. On cumule ainsi tous les inconvénients. Il faut une approche plus claire afin d'apprécier l'efficacité d'un système. On peu certes plaider pour le patriotisme économique sans pour autant que cela justifie « un comportement interventionniste qui crée une distance entre les entrepreneurs et le territoire français ».

Anonyme a dit…

HP fait encore la une aujourd'hui ... des ECHOS. Une fois encore, vraiment pas bon pour Starck ni pour l'image d'HP !

Violente charge de Chirac contre la Commission européenne [ 04/10/05 - 14H52 ]


http://www.lesechos.fr/info/rew_france/200063271.htm

L'exécutif européen «ne donne pas le sentiment de défendre les intérêts de l'Europe», a lancé le chef de l'Etat à l'issue du conseil franco-italien

Coup de sang. Interrogé à l'issue du 24e sommet franco-italien, le président Jacques Chirac s'est montré particulièrement virulent envers la Commission européenne qui, selon lui, «ne donne pas le sentiment de défendre les intérêts de l'Europe». Evoquant les suppressions d'emplois annoncées par Hewlett-Packard en Europe, le chef de l'Etat s'est notamment demandé s'il était «légitime et normal que la Commission se désintéresse d'un problème» comme celui-là. HP, pour Jacques Chirac, est une entreprise «gagnant beaucoup d'argent» et «prenant des décisions à fortes conséquences sociales sans que l'Europe, l'Union européenne, c'est-à-dire en réalité la Commission, ne s'estime impliquée, concernée ou n'estime avoir quelque chose à dire».

«L'une des raisons qui explique le désaveu actuel de l'Europe c'est ça», a estimé Jacques Chirac. «La vocation de l'Europe et des institutions européennes, c'est aussi, je dirais surtout, de défendre l'Europe, les intérêts économiques, financiers, sociaux de l'Europe», a-t-il insisté. Or, dans le cadre de discussions à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la Commission «évolue de concessions en concessions», a-t-il accusé.
Le 20 septembre dernier, le président de la République avait demandé au gouvernement de saisir la Commission européenne au sujet des quelque 6.000 emplois européens, dont 1.240 en France, que le groupe Hewlett-Packard compte supprimer d'ici à 2008

Jeck a dit…

On CNN today: Transport strike hits France

With a picture of us demonstrating in Paris

Anonyme a dit…

Ne ratez surtout pas le resumé de cette journee du 4 oct par la direction HP France:
http://athp.france.hp.com/docs/newhp/Presse%20PS/Resume%20couverture%20presse.doc
Notre direction montre qu'au moins elle sait lire les journaux delangue francaise !!!

Résumé de la couverture presse HP corporate du 04/10/05


• Presse quotidienne nationale : 9 (Le Monde, La Croix…)

• Presse quotidienne régionale : 8 (Dauphiné Libéré, Nice Matin, Lyon Plus…)


 Présentation

Aujourd’hui, mardi 4 octobre, jour de grève nationale, plusieurs quotidiens nationaux ne sont pas paru, réduisant ainsi l’impact de la presse en ce jour. Seul La Croix, Aujourd’hui en France, et Le Monde semblent avoir été moins perturbés par les mouvements sociaux.

L’actualité laisse évidement une grande place aux manifestations, dans ce contexte, le nom d’HP est associé à plusieurs reprises à Sony, STMicroelectronics, SNCM et Neuf Cegetel, dans la lutte contre la précarité de l’emplois et les licenciements abusifs. Les entreprises qui se seront démarquées cette année par des plans sociaux d’envergures pour le moins médiatiques qui « ont relevé l’inquiétude des cadres qui pourraient, selon la CGC, rejoindre en nombre les manifestations de mardi » (Le Monde). A la Croix de rapporter ce que les salariés ressentent : « cadres ou non, le sentiment d’une grande fragilité ».

 L’annonce faite hier des 500 embauches au Costa Rica, revient largement dans la presse gratuite et Internet (Lyon Plus). Le journal du net et l’AFP décident, quant à eux, de reprendre les explications du de la situation du PDG d’HP Patrick Starck paru hier dans La Tribune.

 Du coté de Grenoble, le Dauphiné Libéré, appelle à « une grande manifestation unitaire et intersyndicale » avec les salariés d’HP, STMicroelectronics, Poliméri, et Schneider en tête de cortège. Et la menace du licenciement à tous les niveaux de l’entreprise se fait ressentir : « Plus aucune catégorie socio-professionnelle n'est épargnée” déclare Françoise Guillaume, co-secrétaire de la FSU.

 Dans les Alpes Maritimes, Le conseil général, et la marie de Biot confirment ne pas avoir subventionner HP. Et Gérard Piel (PC) de préciser « aucunes subvention ni aides indirectes n’a été versées à HP » (Nice Matin).

 Il est pourtant fait dans cette édition un état des lieux des entrevues entre la direction, les syndicats, et les élus d’Antibes, de Biot, et de Valbonne-Sophia Antipolis. Les élus soutiennent à l’unanimité les salariés d’HP. Une mobilisation politique qui rappelle fortement celle des élus de Grenoble il y a quelques semaines.

onn'estpasdesconsommables a dit…

Grenoble, ce matin, bcp de tetes connues autour de moi, mais assez peu de 'jeunes HP ou jeunes d'HP' dans notre cortege.... je me suis pose la question du pourquoi? est-ce le pretexte trop-de-travail un peu facile? de teleconfs sous net-meeting vraiment inmanquables? Ou bien sont-ils encore dans l'admiration silencieuse du gang de requins, imaginant leur tour + ou - proche d'arriver a etre un chef de meute, respecte par la force ou par la peur, surfant sur les responsabilites et sur les stock-options ...
Je n'ose penser qu'ils sont deja desabuses et resignes, se disant que les choses changeront pas ou si peu (?), et qu’il en a d’autres qui defendent tres bien leurs interets a cet instant. Ou bien alors si mobiles dans leur tete et dans leur vie, deja axes sur leur recherche de futur emploi, ailleurs, et de comment depenser leur package de depart? Je le sais, j’ai deja ete dans leur situation, j’ai sans doute deja fait les memes choix et les memes betises. Hier je me posais encore bcp de questions sur ma participation, mais ce matin, je suis descendu ‘battre le pave’ sans penser trop loin, par respect pour les valeurs que j’essaie toujours de faire (sur)vivre, chez HP ou ailleurs, par respect pour mes enfants. Je ne veux pas les laisser dans un monde a la Mad Max, ou il faudra ‘planter’ son voisin pour exister professionellement, puis avoir un bazooka pour defendre sa position.
J'espere que tous les absents de ce matin viennent au moins de temps en temps sur ce bloc (blog) lire les commentaires tres instructifs sur le comportement mercenaire et individualiste de ceux qui nous dirigent, ici ou outre-atlantique. En esperant ainsi ne pas parler/ecrire dans le vide, ou seulement pour des convaincus. Mais je n’oublie pas cependant que, comme on dit, l’experience est un peigne pour chauves …

Mauve a dit…

A "onn'estpasdesconsommables" (18h41).

20 ans d'HP, mon brillant avenir dans HP derrière moi, mais je n'ai pas fait grève aujourd'hui, et donc pas défilé.
Pourquoi ? Essentiellement parce que notre cause dans HP n'est pas celle de l'écrasante majorité des autres manifestants.
La confusion qui en résulte risque à mon sens plus de nous desservir que de nous servir.

Bon, on n'est pas d'accord sur ce coup là, mais ce n'est pas grave, on se retrouve tous à la prochaine action pour soutenir l'intersyndicale dans ses échanges avec la direction (il parait qu'elle est pressée : quelle le prouve !!!).

L'expérience, "peigne pour les chauves".
Bravo pour cette magnifique perle !

Anonyme a dit…

J'ai ecouté le MEDEF à la radio...A propos des délocalisations et opportunités d'affaire; je tiens à rappeller que la plus grosse délocalisation de HP en France c'est lors du rachat du concurrent Compaq en 2002 et, alors, que la division PC de Grenoble était 2 fois plus rentable, le choix politique s'est porté sur celle de Compaq à Houston au Texas. Mais me direz vous c'est du passé et les délocalsisation d'aujourd'hui sont dues aux 35 heures (soit disant).

cftchp a dit…

Les salariés de Hewlett-Packard, invités vedettes du cortège parisien
Ils étaient entre 250 et 300, symboles d'un capitalisme uniquement tourné vers la recherche du profit • Nombre d'entre eux manifestaient pour la première fois •
mardi 04 octobre 2005 (Liberation.fr - 19:43)

"Ils sont la délégation vedette du cortège parisien, la première derrière le cortège des dirigeants syndicaux. Venus pour l'essentiel du centre des Ulis, en banlieue parisienne, 250 à 300 «HP», salariés de Hewlett-Packard, ont répondu à l'appel de l'intersyndicale. Parmi eux, nombreux sont ceux qui manifestent pour la première fois. Ils ne sont pas bardés d'autocollants rouge CGT et FO ou blanc CFDT mais leurs petites pancartes HP n'en font pas moins leur effet: «Engeeners no future», «honneur perdu» (pour HP) à l'endroit et «demerde yourself» à l'envers. Pour tous les manifestants qui viennent les féliciter, ils sont le symbole d'un capitalisme financier exclusivement orienté vers la recherche du profit, synonyme de pertes d'emploi, de précarisation et de désindustrialisation.

«Ma dernière manif remonte à 1968 explique Luc, 56 ans, technicien de maintenance, dix-huit ans de maison et 100.000 kilomètres par an pour se rendre en mission chez les clients HP. Je suis un vieux jurassic tech affirme-t-il, et je n'ai jamais cru qu'on en arriverait là. On était réputés pour notre technicité. Mon seul engagement dans la boîte était dans la satisfaction du client. Maintenant on est sous la coupe de la STASI, la secte technocratique des adeptes de la statistique informatique, qui ne pense plus que sous-traitance, externalisation en Inde et Tchéquie». Une femme porte son CV résumé sur sa pancarte. «J'ai 50 ans, est-il écrit et je vais être licenciée». «L'avenir est en Roumanie», dit un autre en riant.

A l'avant du cortège, la «guest star» américaine des HP pose devant une grande banderole mêlant les drapeaux français et américain. Il s'appelle Louie Rocha, est président du CWA, le principal syndicat de la Silicon Valley californienne où se trouve le siège d'Hewlett-Packard. Il est venu pour encourager les Français de HP, dont «la mobilisation est la plus forte» parmi tous les pays où l'entreprise va procéder à des suppressions d'emplois. «Les Français se battent et cela va payer explique-t-il, le capitalisme n'est plus divisé entre cols bleus qui exécutent et cols blancs qui conçoivent; désormais tous les salariés sont menacés, quel que soit leur rang». Un syndicaliste de HP France acquiesce. «Ce que l'on appelle le middle management, qui n'est pas venu à la manifestation en se disant que ce serait mal vu est menacé comme les autres, explique-t-il. Pendant que les middle-managers font des listes parmi leurs collaborateurs en espérant sauver leur peau, ils ne savent pas que sur la liste du dessus il y a leur nom.» Louie Rocha reconnaît qu'il est «très difficile» de parvenir à une mobilisation mondiale coordonnée des salariés HP en raison des «différences de situations et de lois entre les pays» mais il s'est fixé un objectif «atteignable», dit-il: «Aucuns licenciements secs». Et «so-li-da-ri-ty».

Consultant informatique depuis cinq ans chez HP avec 35.000 euros de salaire annuel, Guillaume ne se fait guère d'illusions: «J'ai déjà vécu deux plans sociaux et une fusion et je sais qu'il y en aura un autre d'ici quelques années, pronostique-t-il. On ne sait pas si l'hémorragie sera stoppée un jour.» Pour lui, les HP ont tout prouvé: qu'ils savaient s'adapter au changement permanent, à la compétition entre filiales, à toutes les «acrobaties de la mondialisation». «Mais là, dit-il, c'est nouveau. C'est un changement de la nature même de l'entreprise».

Peu politisés, peu syndiqués, les «HP» sont de toute évidence sensibles à la mobilisation du jour, au-delà de leur cas personnel. «Je comprends tous ces gens même si je ne partage pas toujours leurs moyens d'actions, explique Yves, 23 ans d'HP et syndiqué depuis seulement un an. Ils sentent bien que cette fragilisation de leurs statuts, de leur pouvoir d'achat, de leurs vies tout simplement, c'est le résultat de ce cancer incurable qu'est le nouveau capitalisme financier. Ils ne s'imaginent pas se retrouver en contrat nouvelle embauche à 50 ans et ils ont raison, c'est une régression de civilisation. Pour autant, si personne ici ne se fait plus d'illusions, la mobilisation peut infléchir les choses et elle les a déjà infléchies chez HP où le rapport de forces a bougé. On a certes toujours le cancer, l'issue finale restera la même, mais on aura gagné des médicaments pour mieux le supporter.»

Anonyme a dit…

Je pense que c'est une erreur de dire que l'on ne défile pas parceque la cause de la majorité des manifestants n'etait pas la notre.


1) si la cause n'était pas la notre aujourd'hui et bien ce sera celle de nos enfants pour bientot, et pour ceux qui ont encore quelques années de travail devant eux c'est maintenant qu'il faut se bouger. Ceux qui etaient à BDD a l'époque se coyaient intouchables, et pourtant cette division majeure d'HP a fermé au profit de celle de Compaq.

2) en écoutant france info qu'est ce que j'ai retenu ? Les employés HP présents pour dénoncer des licenciements abusifs et defendre leurs droits.

3) Pour enfoncer le clou la remarque de j.chirac à la comission européene sur HP, encore... (pourtant je vote a gauche , mais toutes les armes sont bonnes en cas de légitime défense)

On parle d'HP du matin au soir et ca met la pression à notre direction.

Anonyme a dit…

ca met peut être la pression à la direction, mais il va falloir se mettre autour de la table et vraiement discuter.

maintenant que tout le monde connait HP et la puissance de la voix de ses salariés, allons-y ! avancons vers la direction pour la faire signer !

Anonyme a dit…

La direction française a t'elle seulement quelque chose à proposer ? On sait ce que demandent les syndicats et on sait qu'ils ne sont pas hostiles à une bonne et franche discussion, mais on ne sait toujours pas exactement ce que la direction a comme moyens pour faire baisser le chiffre et qu'elle tourne autour du pot. Quel est son budget ? En a t'elle un seulement ? Ceci a une importance énorme pour un éventuel volet pré-retraite donc plus de volontaires.

Anonyme a dit…

Quand le France est dans la merde, la France bouge! Faisons bouger les choses pour tous, que l'Europe se protege et que la poperisation s'arrete: seul l'action peut entretenir l'esperance!

Anonyme a dit…

On en cause :

http://groups.google.com/group/misc.invest.stocks/browse_frm/thread/0f91fe1f92207fe8/dcf1ad75c569cbeb#dcf1ad75c569cbeb

Anonyme a dit…

je ne suis pas alle manisfeste aujourd'hui car je ne me retrouvais pas dans cette manifestation fourre tout comme bon nombre de mes collegues.
Pour marquer le coup apres de la direction j'ai pris une journee de conges histoire de faire monter le taux d'absent sur le site de Grenoble.
J'ai une pensee pour mes collegues de la division PC D'Erskine en Ecosse qui se sont vues offert un billet pour Prague en remplacement de leur poste en Ecosse.
Peu d'entre eux vont suivre et refuser cette offre avec une baisse de salaire de 20 a 30% pour un pays ou HP doit remplacer ses Ingenieurs tout les 6 mois ou sinon les augmenter fortement pour les garder...courage a force de voir les delocalisation se planter pour les cadres nos grands patrons finiront pas faire machine arriere...pareil pour le jour ou le petrole va devenir tellement chers que cela ne vaudra plus le cout de produire a l'est ou en Chine car le transport annulera les benefices de la delocalisation (c'est deja les calculs de Dell qui continue a utiliser 1 seule uisne en Ireland).

Anonyme a dit…

www.hp.co

Anonyme a dit…

En réponse de 23h14:

Je ne sais pas d'où vient cette discussion mais elle donne l'image d'une France se regardant le nombril et incomprise par les américains.

Finissons-en au plus vite avec ce plan social et arrêtons ce battage médiatique qui ne nous apportera rien de bon sur le long terme.

(Un vieil HP qui ne sait pas si il partira ou non mais qui aimerait le savoir vite)

Anonyme a dit…

Tout à fait d'accord avec le dernier commentaire. La France donne une image de dernier village gaulois à contre sens du monde. Vous passez la deuxième vitesse ou pas, la deuxième solution me semble plus risquée pour votre devenir. A propos de l'article CNN, les investisseurs américains, (principaux intéressés par l'action HP sauf AXA bien entendu) sont comme le peuple américain, ils ne regardent/lisent pas CNN ou CNN.com, cfr les dernières élections présidentielles. Donc, vous marchez ou vous crevez... Un chti belge

Anonyme a dit…

Pas d'accord du tout avec le dernier commentaire, la France (Au sein de l'Europe) évolue dans le monde avec les valeurs, qui sont les siennes.
Elle est compétitive: c'est le 3eme pays au monde, à recevoir les investissements étrangers en 2004 (Derniers exemple Toyota, qui embauche 1000 personnes à Valenciennes).
Le problème, au travers du cas HP, c'est aujourd'hui un capitalisme agressif et violent, axé sur le court terme, qui n'a plus aucune limite.
Alors on fait quoi? On subit: Marche ou Creve, comme tu le dis Chti Belge, ou on tente intelligemment en médiatisant de préparer une négociation, qui permettra un plan acceptable. C'est tout le sens de la médiatisation actuelle, qui porte ses fruits puisque le dossier est maintenant géré au niveau du gouvernement Francais, voire Européen.
Si nous pensons aux générations futures, nous nous devons d'entreprendre ces actions.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Pour la technique, je vous conseille de désactiver les flux rss
Voir ce sujet : http://www.infos-du-net.com/actualite/5271-RSS.html
que vous avait demandé d'activer une personne (peut etre mal veillante)

Louis a dit…

Désolé, mais les flux RSS sont en large utilisation depuis de nombreuses années sans réel problème.

Si des personnes veulent en faire une utilisation malveillante, ce n'est pas leur désactivation qui va les arrêter car un simple scan de la page amènera le même résultat.

Tous les sites d'importance mettent à disposition ce genre de flux. Je ne vois pas le problème à le faire ici.

P.S. C'est mon métier, chez HP, de faire du support technique. Je ne veux évidemment pas dénigrer la personne qui a mis ce commentaire, mais après lecture de l'article, je ne vois aucune raison de désactiver les flux RSS.

Anonyme a dit…

Je n'ai pas manifesté hier mais je n'ai pas travaillé non plus. Si je n'ai pas manifesté ce N'EST PAS parce que je me sens protégé ou attiré par un ENORME package comme le disent certains blogger. C'est parce que je ne pense pas que l'amalgame avec d'autres manifestants plus nombreux était judicieux pour nous et pour l'image des français.

Nous travaillons dans une multinationale, heu, une boite américaine. Et ils ne comprennent pas ce que l'on fait et ne veulent pas comprendre. Bien sur leurs combats sont toujours nobles et les notres archaiques mais nous ne les changerons pas et l'image du village gaulois n'est pas très favorable.

Ils sont convaincus que leur organisation de société est la meilleure et vomisse la notre. Nous abondons dans ce sens avec nos manifestations de ce type.

Ca c'est pour notre problème à nous et pour ceux qui AUJOURDHUI peuvent le regler: nos décideurs AMERICAINS.

En ce qui concerne le véritable destinataire de la manifestation d'hier; le gouvernement. Que peut-il faire AUJOURDHUI pour nous et est-ce vraiment utile de se positionner au même niveau qu'enseignants et roulants de la SNCF ?

Encore une fois je ne crois pas. Je peux me tromper mais je doute que ce matin, le gouvernement se dit qu'il est prioritaire de modifier les lois EUROPEENNES pour batir la société que NOUS VOULONS. Si Mr Chirac s'est ému une nouvelle fois de la position de l'Europe, il n'y a pas de réelle opposition à une politique industrielle libérale et non maitrisée en Europe. Hier l'Irlande, aujourdhui la Pologne et demain la Roumanie. Rien ne change à ce sujet.

Pourquoi L'Europe autorise-t-elle que certains produits n'est AUCUNE mention "made in XYZ" ? Pourquoi l'Europe autorise-t-elle "Made in EU", fourre tout bien pratique ? Pourquoi l'Europe autorise t-elle des conditions de vie, des lois, des impots si disparrates ?

Pourquoi la France autorise l'Europe a faire cela ?

Si les manif d'hier font changer la France de cap et mettent les américains en admiration de notre choix de société, je me suis trompé mais j'en doute...

Alors demain, je continuerai à manifester contre MON EMPLOYEUR d'une part; à agir dans le quotidien et dans mes associations locales contre cette société libérale qui nous étouffe. Et une fois encore dans les urnes s'il le faut.

Anonyme a dit…

Les cortèges d'HP ou de British Airways ne se sont de toutes façons pas mêlés à ceux des centrales syndicales ou des fonctionnaires.

Je ne vois aucun amalgame aujourd'hui dans la presse non plus.

On dirait qu'il n'y a que les employés HP qui ont peur de cela.

A mon avis, tout ce qui fait parler du plan boursier d'HP est bon pour lutter contre.

Anonyme a dit…

Monsieurs de syndicats,

Pourquoi les autres pays européens sont si silencieux et si peu actifs. Il y a bien sur qq messages syndicaux mais rien n'a voir avec ce qui se passe en France.

Pourquo, ni les allemands, les italien, les belges, etc... et meme les anglais ne disent presque rien ?

Nous partageons plus ou moins le même projet de société et même si les américains sont très fort por mettre la zizanie et nous assez idiot pour les laisser faire (la dernière intervention pro turcs des US est hallucinante et aucun message public de l'Europe pour renvoyer les US chez eux).

C'est tout de même étonnant...
Quel est le problème ? les français ont tout faux ?

CFTC HP a dit…

Pour répondre à la mobilisation dans les autres pays :

Il faut comprendre que les représentants des employés européens sont essentiellement des indépendants (exemple : Allemagne, Angleterre...) sans structure organisée pour dire "on n'est pas d'accord !". Et que leur chiffres de suppressions de postes volontairement présentés sur une période d'un an seulement (sauf Allemagne) sont trop faibles pour provoquer une mobilisation.

Mais il y a beaucoup de débats entre les 34 représentants du CE Européen, surtout depuis la manifestation d'hier qui a enfin donné une couverture télé HP dans les autres pays d'Europe.

Nous avons invité ce matin ces représentants à participer à la réunion qui aura lieu à Bruxelles le 27 octobre. Nous avons déjà quelques réponses positives.

Voici deux exemples représentatifs des échanges entre élus du CE Européen suite à la manifestation d'hier :

" I wish to congratulate our French members for a "prominent" stage at our TV news.
What first was shown was all these striking people with their banners, then one HP banner appeared, soon to be joined by
three others. Then these four HP bannered persons remained at the front of the picture for the rest of this reportage.

The French HP employees have expressed themselves very effectively on International News TV."

" I think that HP France EWC Reps raise valid issues regarding HP reputation in EU.

Other people say that when Mark Hurd announced cuts, HP stock rose in value. Some observers say that higher stock value predicts HP to be more healthy after the job cuts.

So to me there are two sides of this discussion, for the cuts and against them.

For sure, to help the customers and earn more revenue from them is something we agree upon. The other large issues such as job cuts and low cost economies remain with diverse opinions, including some such as myself who are unsure of 'what is the best and fairest policy for HP'. When unsure, I will give bias toward HP management, as the people who are responsible to make these decisions"

Anonyme a dit…

J'aimerais mieux comprendre: cftc hp 12:09:

> Il faut comprendre que les représentants des employés européens sont essentiellement des indépendants (exemple : Allemagne, Angleterre...) sans structure organisée pour dire "on n'est pas d'accord !".

IG Metall (http://www.hp-standpunkt.de/) est le plus puissant syndicat Allemand - je ne sais pas si on peut les qualifier de 'sans structure'... Pourquoi ne font-ils rien?

CFTC HP a dit…

Le président de la FEM est IG Metal, nous travaillons avec lui pour monter le dossier Européen. Mais IG métal a été méthodiquement éliminé par la direction allemande après la fusion, ils n'ont actuellement aucun élu chez HP en Allemagne ! Certains pensent même que l'agence de Cologne a été fermée pour se débarasser des 2 derniers syndicalistes HP IG Metal. Mais ils ne baissent pas les bras et on espère leur retour lros des prochaines élections.

Anonyme a dit…

Mark Hurd visits Germany !

"In the cause of his visit to Europe Mark Hurd also comes to Germany where he will meet customers. On October 6 he will also hold a coffeetalk for HP employees in the Support Center in Ratingen. We will record the session. On Friday, October 7, the video and transcript will be available on the German intranet.

On Monday and Tuesday Mark already visited the UK, where he also talked with customers and held a coffeetalk in the HP Office in Reading"

Anonyme a dit…

Come also in France Mark !

Anonyme a dit…

Mark, are you afraid ? A strong boy as you seem to be...

CFTC HP a dit…

L'humanité.fr 9 octobre

"Il n’a pas l’habitude de manifester. Mais dans le défilé grenoblois, il fait son petit effet. Didier porte une pancarte autour du cou. Dessus, il a écrit « HP recrute informaticiens parlant indien, chinois, roumain ». « Ce n’est pas pour moi que je m’inquiète, explique ce chef de projet, c’est pour mes enfants. Aujourd’hui avec un bac + 5, on ne trouve plus de boulot. Mon fils vient d’obtenir son diplôme d’ingénieur : Il voulait travailler chez HP... » À plus de cinquante ans, Didier choisira soit un dispositif de préretraite avantageux, soit un nouvel emploi qui le conduira jusqu’à la retraite. Ce n’est pas cela qui l’angoisse. Au départ, il travaillait pour Compaq à Annecy. Quand HP a racheté la société en 2002, le site a fermé. « J’avais cinquante-deux ans et pas le choix : je suis parti à Grenoble. Maintenant, on me dit : "C’était pas la peine, vous pouvez rentrer chez vous !" Cette fois, je ne comprends plus. Quand il y a eu la fusion, on pouvait admettre qu’il y avait des doublons. Aujourd’hui, HP a largement les moyens de conserver 1 200 emplois en France. » Didier veut que le chiffre des suppressions de postes soit revu à la baisse. Pour qu’il n’y ait surtout pas de licenciement sec. « Tous les salariés sont logés à la même enseigne, estime-t-il. Le gouvernement veut être libéral, il en tire les conséquences. Parce qu’être libéral, c’est laisser les entreprises faire ce qu’elles veulent. Or leur politique est désormais de délocaliser. » Didier en est convaincu : « Le gouvernement doit aller dans un autre sens. »

Anonyme a dit…

Message de Louie Rocha, Président du Syndicat américain CWA de Californie,
Secteur San José - Silicon Valley

Congratulations on a most successful day of action on October 4th! It was an honor to take part and on behalf of the Communications Workers of America, I extend our committment to this common struggle for economic and social justice at Hewlett-Packard.
Solidarity Forever!
Louis H. Rocha Jr

Je vous adresse toutes mes félicitations pour cette journée d´action du 4 octobre couronnée de succès ! Cela a été un honneur pour moi d´y participer et de la part du Syndicat "Communications Workers of America", je vous assure de notre engagement dans cette lutte commune pour la justice économique et sociale à Hewlett-Packard.
Solidarité pour toujours !
Louis H. Rocha Jr

Enregistrer un commentaire