ADOPTEZ LA CFTC !

UN SYNDICAT + UN RESEAU SOCIAL : CHOISISSEZ LA CFTC !

Plein de témoignages adhérents ici !

Rejoignez l'expertise et le dynamisme de l'équipe CFTC dans le plus grand réseau social HPI/HPE/DXC/SW (600 collègues = diversité, entre-aide et solidarité assurés) et bénéficiez de services supplémentaires pour seulement 5 euros net par mois. Il n'existe pas de meilleur investissement !

Consultez Pourquoi adhérer-Avantages adhérents-Témoignages

Actualité HPE Immanquables CFTC # 9

HPE Next Beaucoup de questions, peu de réponses pour l’instant

Elections Entco 26 et 27 septembre par internet

Actualité DXC-ESF Relance de la GPEC Out 130 places ! DiXiT XI et Flash GPEC

Nouveau Code du Travail Quel impact ? Notre décryptage !

HPE PSE GPEC Out 137 volontaires, 90 acceptations

HPE Politique voiture Le plein de nouvelles informations (post 1750) !

Congés Ceux à prendre avant fin octobre, en fin d’année, jour de pont 2018…

Split de l’action HPE Tout sur l’impact fiscal du split Micro Focus le 1/9 !

Pour vous abonner aux communications pratiques réservées aux employés HPE, ESF, Entco ou HP, une simple demande à cftchp@hpe.com suffit.

mercredi 2 novembre 2005

L'Accord ARTT du 11 mars 2003 officiellement dénoncé !

Par lettre recommandée datée du 28 octobre envoyée aux 10 Délégués Syndicaux Centraux
des 2 sociétés HPF et HP CCF : "la société souhaite qu'une négociation s'engage au plus vite en vue de la signature d'un accord de substitution plus adapté à la situation présente de l'entreprise..."

45 commentaires à lire:

Anonyme a dit…

Raison supplémentaire de lier cette renégociation à celle du plan.

Anonyme a dit…

évidemment car ne pas la lier fera que la direction sera sévère sur la négociation de la baisse du chiffre et ainsi que celle sur la négo du package pour ceux qui partent.

Anonyme a dit…

Pas de panique.
Il ne faudrait qd même pas croire que du simple fait que ce qui était annoncé arrive (dénonciation officielle des 35h) soudainement les conditions de l'intersyndicales, coroborées au fil des semaines avec les salariés (contacts perso avec délégués, échanges sur le blog, journées portes ouvertes, défilés, ..) deviendraient caduques.
Il y a le PSE, a ramener à une valeur raisonnable, et le maintien des activités en france, à péréniser.
La justification du PSE au regard de la loi Française, la négociation des 35h, n'étant que les outils de la négociation, pas une finalité.
Lié ou pas lié, il y a les attentes et obligations de part et d'autre a satisfaire pour une négo fructueuse.
Pas question de céder à la pression.

Anonyme a dit…

Il n'y a pas de panique à bord, juste une nouvelle confirmation de ce que certains disent depuis le début.

A savoir que la renégociation des 35heures doit être liée aux discussions du PSE.

L'objectif est d'aboutir d'une part à des conditions favorisant les départs volontaires et de l'autre à une stratégie industrielle confirmant la pérennité des activités HP en France.

Anonyme a dit…

OK pour ... que la renégociation des 35heures doit être liée aux discussions du PSE....
Mai à une condition bien sûr, que la direction respecte SES DEVOIRS qui sont de justifier le PSE, à défaut (puisque ce n'est pas justifiable économiquement) de faire preuve d'un esprit d'ouverture EXEMPLAIRE et sans arrogance aucune lors des négociations. Respect et dignité, si je me souviens bien ...

Anonyme a dit…

Certe, la dénonciation officielle des 35H était annoncée. Mais le fait que la direction le fasse juste avant la reprise des négociations sur le PSE montre combien elle tient a lier la renégociation des 35H et le PSE.

Et si la direction y tient tant, je ne pense pas que ce soit pour préserver les intérets des employés ... Donc prudence, voir méfiance.

Meme si, bien sur, ceux qui ont pour projet de partir ou qui sont éligibles C2A se disent que tout ce qui peut faire monter le package est bon, et advienne que pourra.

Anonyme a dit…

PS aurait clairement annonce vendredi dernier a nos mgrs a Grenoble qu'en aucun cas le nombre de 1240 suppression de postes n'etait negociable...Le chantage au nombre semble deja etre mort dans l'oeuf !?

Anonyme a dit…

En effet; il annonce que les 1240 n'etaient pas negociable, mais ce monsieur est comme nous, un pion et il peut difficilement dire le contraire de ce que Hurd decrit dans ces meetings aux us ; les francais on les aiment bien mais on ne bougera pas nos plans; il faut le laisser moisir demain avec ses 1240 postes tant qu'il n'aura pas justifie le nombre; et vous etes presses d'etre foutus dehors vous ? pas moi tant que j'ai encore ma paye! si personne ne plie a son chantage, et qu'on rajoute un peu de media... et qu'en plus on prend notre temps c'est lui qui va plier ...lui aussi il est paye pour executer ; peut etre pas pour reflechir.

Anonyme a dit…

oui mais tu semble oublier que cette atmosphere devient de plus en plus insupportable !

Anonyme a dit…

Et ca veut dire quoi "justifier" les 1240 postes supprimés? Je lis depuis le début que rien ne justifie fondamentalement la suppression de ces 1240 postes en France.
Alors qu'espère-t'on de crédible et utile dans ces justifications? que se passe-t'il si les syndicats ne sont "satisfaits" des justifications de la direction?

Si pas de négociation alors il y a la méthode "standard" de consultation des CE. Qu'est-ce que ça signifie? Qu'a-t'on à y gagner?
Rien probablement car consultation "standard" dit certainement conditions "standard" de départ telles que prévues par la convention collectives... donc le minimum minimum.
Quelques éclaircissements seraient les bienvenus.

Anonyme a dit…

D'accord avec 16:49.

Il ne sert a rien d'attendre une justification qui ne sera de toute facon jamais satisfaisante.

Une negociation implique que les 2 parties, qui ont des avis divergeant, arrive en faisant mutuellement des concessions, a un accord.

Donc il vaut mieux d'un cote accepter 1240 licenciements, pour obtenir de l'autre: un maximum de departs volontaires + une assurance sur l'avenir.

Si on bloque des le depart sur la justification des licenciements, ou sur une baisse du chiffre on ne gagnera rien.

En revanche on peut se servir du fait qu'on accepte ces licenciements pour obtenir des engagements sur les 2 points cite plus haut.

Anonyme a dit…

Non mais j'hallucine, ou bien les ceux-ce et celles qui rejoignent ce blog n'auraient ils pas participés aux échanges précédants?
Ou bien serait-ce de l'intox organisée? (la je n'ose même pas y croire!)

Les 1240 sont innacceptables. Ca a été dit, partagé, décrié, et ne rêvez pas: avec 1240 départs plus question de volontariat et C2A seulement (ce qui est l'objectif exprimé par les employés auprès de l'intersyndicale)

Oui, une négo c'est un pas en avant des 2 parties en présence. Ce n'est en aucun cas un bradage des people au profit de la rapidité.

Personnellement je n'ai pas remarqué 'd'atmosphère insupportable'. des employés soucieux, certes, mais soucieux aussi de bien faire leur travail et d'accomplir leurs objectifs. Et sûrement pas pressés de partir comme le rappelle justement 15:50.

Je suis d'accord avec 15:20: prodence, méfiance. Oui a l'ouverture, Non, pas a n'importe quel prix.

Anonyme a dit…

A 17:21 je n'ai pas dit que les 1240 suppressions étaient "acceptables". Bien sûr que c'est inacceptable et qu'il faut réduire ce chiffre.
Je m'interroge seulement sur ce que l'on espère des soit-disantes justifications et de ce qu'il y a à en attendre.
Je pense que la direction fera le nécessaire pour trouver "ses" justications et qu'on sait d'avance que nous et les syndicats les jugeront non fondées.
So what? Pourquoi présenter cela comme une avancée significative?
C'est quoi l'étape suivante?

Anonyme a dit…

Entièrement d'accord avec 02 novembre, 2005 17:34, les bases de négo sont: les 1240 sont inacceptables, et faisons ensemble de développer l'emploi en France, dans un esprit gagnant/gagnant, sans brader quoi que ce soit.
Quoiqu'on en dise, en majorité, les employés ne sont pas pressés d'etre mis dehors, avec une prime à la clé!!!

Anonyme a dit…

Presses d'etre foutus dehors vous ? moi pas; tant que j'ai encore ma paye!
Si on plie pas, et 1 zest de media... et qu'en plus on prend notre temps PS sera un mauvais executant car il est payé pour executer.
Si les résultats ne sont pas là rapidement, lui aussi pourra subir les foudres (+/- rapidement) de MS....

Anonyme a dit…

Le temps joue contre PS (son job, sa "mission", son objectif), pas contre nous si nous le decidons et restons unis; faisons tous confiance a l'inter-syndicale pour la meilleure conduite de la negociation, attendons le resultat de la reunion de demain.

Anonyme a dit…

Pourquoi voulez vous négociez l'inacceptable ? Pourquoi ne pas combattre frontalement la direction avec des actions de greves / blocages / ventes sauvages ?

Un salarié non-hp qui lit ce blog par hasard et qui hallucine en vous lisant près à négocier. Bon courage quand meme.

Anonyme a dit…

Le Gambit (petit sacrifice aux echecs) de quelques jours RTT pour des jobs en moins et que la direction garde la tete haute voir pas trop basse...Ok et sans doute moyennant salaire au moins pour les PM HP qui sont les dindons de la farce sur toute la ligne. Mais l'intention de la direction est claire a l'aube de racheter une societe de service importante (Syntec/218 jours/an)...Pour licencier encore plein de monde en 2007 lorsque les emplois de services/support seront de nouveau delocalises. Nous sommes dans une usine a rachat et delocalisation avec pas d'esperance d'augmentation de salaire et d'evolution...Pour moi il faut une attitude dure dans cette négociation pour casser cette logique.

DiogenePasCynique a dit…

Bonjour,

Mefions nous aussi du fait qu'accepter petit prépare à accepter plus gros (voire petit precis de manipulation à l'usage des honnêtes gens, Presses Universitaires de Grenoble). Il me semble que nous sommes en face d'une stratégie globale de grignotage. Je pense qu'il faut, comme le dit le prdecesseur, sortir de cette logique. Je constate par ailleur que certaines scop (Atoll), relocalisent (peu certes, mais cela semble economiquement viable sur de l'industriel, alors sur le service...
Bon courage à vous tous.

http://restructuration.blogspot.com/

DiogenePasCynique

Anonyme a dit…

Les Echos
Hewlett Packard France : discussions de la dernière chance aujourd'hui

Interrompues dans la douleur le 23 septembre dernier, les négociations entre direction et syndicats de Hewlett Packard France reprennent aujourd'hui dans un climat plus apaisé. L'annonce des 1.240 suppressions de postes avait, on s'en souvient, déclenché un tollé en interne, autant qu'une levée de boucliers politico-médiatique. Pas question que la France paye un tribut plus lourd que les autres pays touchés par le plan de restructuration concocté par Mark Hurd, le nouveau directeur général (« CEO ») du groupe informatique, avaient alors affirmé les élus (« Les Echos » du 14 octobre). Aujourd'hui, la tension est tombée mais, côté représentants des salariés, les priorités demeurent : réduction du nombre de postes supprimés et gages de la pérennité de l'investissement du groupe informatique en France, au-delà d'une simple présence commerciale réduite à quelques centaines de salariés.

« Il est essentiel de trouver des objectifs communs pour sortir d'une crise qui ne convient à personne », avançait hier Christophe Hagenmuller, délégué CFE CGC, évoquant des « objectifs » et non plus de « préalables ». Autre signe d'ouverture, ce dernier estime qu'il n'y a pas de sujets tabous, pas même la question des 35 heures, alors que selon la CFTC, la direction vient de dénoncer l'accord sur la réduction du temps de travail. Pour autant, l'assouplissement des modalités de RTT comme variable de négociation du (futur) plan de sauvegarde de l'emploi ne fait pas l'unanimité au sein de l'intersyndicale, la CGT par exemple refusant toute remise en cause.


Elaborer un cadre général
Sur ce point comme sur d'autres, une réunion de l'intersyndicale devait aplanir les différences hier après-midi pour, autant que possible, déboucher sur des propositions communes aujourd'hui face à la direction. Tout dépendra bien sûr de ce que Patrick Starck, le PDG de HP France et ses collaborateurs proposeront. « L'aspect psychologique est important, car personne ne veut perdre la face », ajoute-on en interne.

Quoi qu'il en soit, les négociations d'aujourd'hui ne résoudront pas tout puisqu'il s'agit d'abord pour les parties de se mettre d'accord sur un cadre général, et non pas d'apporter une réponse à tous les sujets de friction : nombre de postes supprimés, conditions d'accompagnement, projets d'investissements, avenir des sites... Et Jean-Paul Vouiller, représentant CFTC, qui parle de « réunion de la dernière chance », rappelle que de toutes façons, aucun accord ne sera signé avant quelques jours, le temps de consulter le plus largement possible en interne.

Anonyme a dit…

02 à 21:47 a dit: Pourquoi ne pas combattre frontalement la direction avec des actions de greves / blocages / ventes sauvages ?
Parce que dans toute action chacun et chacune doit rester libre. Donc le blocage, Non.
Parce que nous sommes toujours respectueux de cette entreprise et le la légalité, car nous sommes respectueux des hommes et des femmes qui la font. Donc les ventes sauvages, Non.
Quand à la grève, c'est un droit légal, et il est trop important pour ne pas être utilisé qu'à bon escient. La confiance est ici a notre intersyndicale.

Je leur souhaite par la présente courage et engagement vers une issue positive. Ne pas brader. Ne pas céder. Ne pas accepter 1240. Seulement négocier un PSE dans un esprit d'ouverture et faire en sorte que seuls les C2A et autres départs volontaires nous quittent. Si ça ne peut as être le cas, attitude dure vis à vis de la direction.

Anonyme a dit…

Entendu ce matin sur Europe1, un reportage sur HP, avec leur regard sur le conflit en France: en résumé, la seule chose qui est reproché aux Francais, c'est d'avoir eu l'outrecuisance de s'opposer aux décisions du management et de l'avoir médiatisé, bref d'avoir fait grève...
Il est vrai que pour le 4eme marché HP dans le monde, ce conflit social n'est pas bon pour les affaires. On m'a rapporté que les ventes HP auraient baissé en Septembre/Octobre au profit de nos compétiteurs, mais je n'ai pas pu vérifier l'info.
De toute facon, nous le voyons bien autour de nous: à chaque fois, que nous sommes entourés de public, c'est la meme question: comment ca va à HP (Avec de la compassion)? Et souvent des noms d'oiseaux circulent pour qualifier l'attitude de la direction HP. Après ca, s'étonner que les ventes HP baissent, n'est pas étonnant.

Anonyme a dit…

HP : reprise des négociations

Article Nouvel obs

Anonyme a dit…

à "the best employee"
Tu partira pas avec un GROS package puisqu'il sera "tres petit" (d'apres une source sure)
Désolé de te décevoir...

Quand au gèle des salaires durant 6 ans c'est de la connerie cette info ;-)

Anonyme a dit…

par contre pour la syntec, c'est vrai....

Demandez a Destot.

Anonyme a dit…

Je n'ai pas bien compris la phrase "Les PM HP sont les dindons de la farce". Peux-tu développer ?

Anonyme a dit…

D'ou vient cette info:
Tu partira pas avec un GROS package puisqu'il sera "tres petit" (d'apres une source sure).

Ce serait sympa de faire profiter tout le monde de ce que certain savent (s'ils savent vraiment quelque chose...)

Anonyme a dit…

Si le package est petit, ca va etre un plan social tres dur pour nous employes et tres dur pour la direction.

S'il faut trouver 1240 volontaires pour partir juste pour faire plaisirs aux actionnaires...Ca va pas etre coton.

Moi a priori je veux bien partir pour qu'HP gagne encore plus de sous pour ces chefs et ses actionnaires. Je prends juste ma part du gateau puisqu'il semble que la gouvernance d'entreprise et de se nouveau monde fonctionne comme cela.

Combien de millions, de milliards HP gagnent et compte gagner ?

Anonyme a dit…

Je vous raconte ce qui va se passer :
Les syndicats vont faire bloc sur les 35h en ne voulant pas les mélanger au plan, la direction HP va se frustrer, nous auront 1240 suppressions et un package qui ne sera pas interressant...
Nous aurons alors tout perdu.

CFTC HP a dit…

Merci pour ta confiance...

Les discussions se poursuivent jusque 16-17h contre 13h prévu initialement

Anonyme a dit…

Merci! Cela signifie-t-il que des progres sont en cours? Nous l'esperons en tous cas.

Anonyme a dit…

Chine: une ouvrière meurt d'épuisement
Effets collateraux de la delocalisation

Anonyme a dit…

Que ceux qui ne sont pas contents fassent attention !s'ils ont quelque chose ce sera a cause ou grace aux syndicats qui sont les seuls a pouvoir negocier;
c'est pas les employes qui vont le faire alors merci d'avance pour le travail; et si on veut un gros package, la c'est a nous employes de les soutenir et pas de les emmerder avec des conneries; les employes mecontents n'ont qu'a traiter directement avec monsieur Stark

Anonyme a dit…

100% d'accord avec "03 novembre, 2005 14:01"

Soyons constructifs, unis et solidaires

Anonyme a dit…

Oui, unis et solidaires avec nos syndicats. Ils ont démontré leur volonté de rester unis et celle de bien nous représenter, nous salariés. La confiance est dans ce contexte la bonne réponse. Et Mr PS devra en tenir compte d'une façon ou d'une autre!

Anonyme a dit…

Any news de la nego?

Va t on vers une negociation borde et acceptable avec des budgets et des engagements fermes de la direction ou va t on vers un PSE Marathon avec justification economique et procedurier? A mon humble avis, le deuxieme cas serai tres destructeur pour l'image d'HP et un handicape pour son futur.

Anonyme a dit…

La je comprends pas tout, du commentaire de 15:32.
Justification économique, au sens de la loi Française, c'est clair, il n'y en a pas. La rechercher serait une illusion.
La procédure d'un PSE est la démarche qui justement permet de 'border' le projet avec des étapes claires, les 'livres'. Dès lors qu'il s'agit de procédure interne, je ne vois pas en quoi ce serait dommageable pour l'image de HP.
Je dirais ici que notre direction à la balle dans son camp et doit veiller à prendre en compte la réalité des opinions des employés, pas pressés de partir pour la plupart, sinon on va 'encore' devoir se facher avec les moyens qui sont les nôtres, dont le principal est justement l'image et la création d'un handicap. Ce serait trop facile de s'imaginer que la négo va être cool sans moyen de faire un peu basculer la balance côté intérêt des salariés.
Personnellement que le PSE se déroule en 6 mois ou 3 ans, c'est pas mon problème. Je suis payé, je bosse, je produit des résultats et je contribue. Comme je suis pas OK pour accepter un salaire chinois, et bien ma fois je veux ma part du gâteau!

Anonyme a dit…

Nous aussi en SSII et interim, on veut notre part du gateau.

Vas falloir nous en donner les gars!!!!

Anonyme a dit…

Et y faut pas oublier les victimes de la grippe aviaire non plus... ;)

Anonyme a dit…

A 16:54:
- Par définition SSII n'est pas HP. Et le PSE est HP. Donc 'hors scope'. Seule chose qu'on puisse faire: compatir, hélas.
- Par définition interim = contrat précaire. Donc 'hors scope' du PSE. On peut le regretter, c'est tout.
A 17:04:
- Commentaire stérile. N'aide pas a avancer. Mauvais humour pour situation grâve, hélas.

Anonyme a dit…

J'aime bien le "Par définition SSII n'est pas HP"

Qui afait le travail?
Pourquoi n'avoir jamais divulgue les chiffres des prestataires/employes HP au cours de ces 10 dernieres annees.

Anonyme a dit…

Je connais qqun dont a qui on a refuse de louer un appartement a grenoble car elle travaille chez hp

Anonyme a dit…

Le débat sur SSII m'interpelle. Il n'y a pas si longtemps j'ai été externalisé par mon ancien employeur et j'ai été intégré chez HP (L122-12). Je suis donc devenu prestataire pour mon ancien employeur. Pour le grand bien de HP (qui a gagné un client), pour le grand bien de mon ancien employeur (qui a réduit ses coûts informatique). Si les deux ont été gagnant (win/win), qui paye cet accord ???? Croyez-vous vraiment que les externalisés aient été gagnants à moyen ou long terme ? Si cela était vrai, il n'y aurait pas de débat. L'objectif d'utiliser des ressources en prestation est de réduire les coûts. Cela fait vivre HP mais cela se fait toujours au détriment des employés.

Mais recentrons le débat sur la remise en cause de l'accord ARTT. Pourquoi accepter de supprimer 12 jours alors que le nombre de jours RTT est de 10 ? Les cadres forfait jour font déjà, je le pense et c'est mon cas, beaucoup plus que 39 heures par semaine pour assurer le service. Pourquoi faire cadeau de ces jours qui sont les bienvenus pour décompresser ? Cette renégociation ne risque-t-elle pas de créer un précédent qui sera repris par toutes les autres entreprises du secteur, remettant à court terme sur le tapis la discussion sur notre rentabilité ? C'est peut-être une fuite en avant. Nous pouvons aussi envisager de nous aligner sur les conditions de travail des ouvriers de certains pays !!! Et que faisons-nous des acquis sociaux, des luttes, des avancées sociales, de tout ce qui fait que nous vivons plus longtemps dans de meilleures conditions que l'ouvrier indien (par exemple) ? Et pourquoi ne pas aller plus loin ? La mutuelle coute à l'entreprise, l'abondement des plans PEA et PERCO coute aussi de l'argent, Les représentants du personnel et CE ont aussi un coût !!! Les conditions de transports lors de déplacements peuvent aussi être modifiés afin d'économiser !!! Jusqu'où sommes-nous prêts à aller ?

CFTC HP a dit…

Le mouvement dont tu parles est enclenché puisque Mark Hurd a dit qu'il ne voyait pas pourquoi les employés d'HP auraient des avantages sociaux supérieurs à ceux de Dell. "Benchmarkhurd"...

Il faut bien comprendre trois choses :
1/Il ne s'agit pas de supprimer 10 RTT mais tout ou partie des 12 jours choisis.
2/La convention collective limite les dégats à 218 jours travaillés au lieu de 206 actuellement.
3/Ces 12 jours disparaissent mi 2007 si la négociation n'aboutit pas. Fini, Kaput, Zip ! On ne te demande pas ton avis ni l'avis des syndicats, c'est plié. Cela s'appelle dénonciation unilatérale d'un accord d'entreprise. La question n'est donc pas "pourquoi accepter ?" mais "comment limiter les dégats pour ceux qui resteront ?". En partant du principe que le mécontentement des employés sur ce sujet et d'autres a déjà connu un certain retentissement national et international par l'intermédiaire de 3 débrayages (8 et 12 septembre), une grève (16 septembre) et une manifestation (4 octobre).

Anonyme a dit…

La réponse est docn claire et nette. Nous sommes engagés dans un processus inéluctable de réduction des acquits sociaux, une pression sur les résultats encore plus forte etc. Je pense donc qu'il faut, dans ces conditions, négocier un maximum pour ceux qui devront quitter HP. Un maximum aussi pour ceux qui resteront (les pauvres !!) et qui devront garder malgré tout une certaine conscience professionnelle. Que penser de la mentalité qui se développera alors au sein de HP ? Pourquoi faire un travail de qualité sachant que cela n'empêchera pas un énième plan de réduction d'emploi, la perte progressive des avatages qui faisaient que nous nous "dépassions" ? Allez Mrs les dirigeants : encore un petit effort et nous ne serons plus fiers de notre entreprise mais plutôt fiers de la quitter dans des conditions acceptables !!!

Enregistrer un commentaire